Créer un site internet

QU'EST-CE QUE LE CORONAVIRUS ? UN VIRUS ECOLOGIQUE

Le coronavirus peut être comparé à puce informatique. Il contient un programme dont le but écologique est destiné à endiguer les effets inflammatoires provoqués par des mutations génétiques aberrantes produites en trop grand nombre sur notre planète. Il se présente comme une cellule vivante à part entière mais qui ne présente aucun danger quand elle est hors du corps humain ou animal. En effet il lui faut venir pénétrer une cellule vivante pour pouvoir se reproduire. Il ne se reproduit pas de lui-même. Il a besoin d’utiliser la physiologie cellulaire afin d’en détourner la machinerie à son seul profit. Une fois que le virus a pénétré au sein de la cellule vivante, celui-ci libère son programme génétique qui vient interférer avec celui de la cellule. Soit ce dernier le rejète soit dans certaines conditions de terrain cellulaire, il parvient à substituer son programme génétique à celui de la cellule créant ainsi ses propres protéines. Ces dernières ainsi produites conduisent à une fabrication en grand nombre de l’envahisseur, c’est ce que l’on nomme la charge virale. « Certaines conditions de terrain cellulaire », cela signifie que certaines cellules peuvent présenter des fragilités et notamment une carence énergétique.
L’homme a crée des manipulations génétiques sur les animaux, les plantes, les graines à des fins d’une rentabilité financière toujours plus accrue au détriment de notre santé et de celle de la planète Terre. La génétique permet l’évolution des espèces, mais cela ne doit pas se faire sans prendre en compte ce que les généticiens ont oublié : LE TEMPS. Pour qu’une molécule, une cellule se transforme en s’adaptant à son environnement, elle le fait sur des milliers, des millions d’années. La notion d’apprentissage est un concept indispensable dans ce cheminement de l’ADAPTATION dans lequel, les mutations génétiques envoient des informations à notre environnement naturel qui lui, en retour, envoi des réponses à notre programme qui seront analysées, puis sauvegardées ou rejetées selon que ces mutations peuvent se réaliser sans déséquilibrer les programmes génétiques déjà existants. Or, la génétique moderne ne prend pas en compte ces deux concepts de TEMPS ET D’ADAPTABILITÉ, ce qui conduit à des processus de mutations sauvages qui ne font que répondre à de véritables processus inflammatoires induits par des manipulations anarchiques.
C’est ainsi que les élevages intensifs industriels, de porcs, de veaux, de volailles, de saumons qui sont nourris par des farines génétiquement modifiées sont de véritables NIDS ET RÉSERVOIRS VIRAUX dans les quels la réponse virale sera la plus forte et produira le plus de réaction, donc de mutations. 70% des maladies infectieuses sont des zoonoses, maladies transmissibles entre les humains et les animaux. Plus de 2,5 milliards de personnes dans le monde, chaque année, sont infectées par ces types de virus : Les oiseaux et la grippe espagnole en 1918. La vache folle en 1986, ou maladie de Creutzfeld-Jakob transmise par la viande bovine. 1998 : les chauves souris avec le virus Nipah démultiplié par les élevages intensifs de porcs; la grippe d’origine aviaire en 1997 (H5N1), en 2004 la grippe d’origine porcine (H1N1) et en 2009, puis la grippe aviaire en 2016 (H7N9). Même si le Covid-19, comme Ebola peut trouver ses origines dans la consommation de chauves souris ou de pangolin, comme le sida dans la viande de singes, il n’en reste pas moins que notre consommation élevée de produits d’élevages intensifs d’origines animales jouent un rôle de vecteur dans l’apparition des zoonoses.
2020 ! Le Coronavirus ce n’est pas une fatalité, c’est un avertissement de NOTRE PLANÈTE TERRE, qui veut que l’homme revienne à des modes de vie authentiques, dans le respect de notre environnement naturel, hors des autoroutes de la surconsommation et du profit à outrance. "

Vidéo précédente Retour Vidéo suivante

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×